Activités

Comme pour de vrai !

Une journée dans la peau d’un député au Parlement européen

Strasbourg, le 22 janvier 2015.Euroscola 1
Grâce au concours EUROSCOLA organisé chaque année par le
Parlement, les élèves de rhéto de l’Institut Saint-Laurent ont pu vivre une expérience inoubliable ; se glisser dans la peau d’un parlementaire et rencontrer plus de 500 autres étudiants provenant des quatre coins de l’Europe.

 

 

 

 

 

En quoi consiste le concours EUROSCOLA ?Euroscola 2

Les élèves de rhétos réunis, représentant les couleurs des membres de l’UE,dans la cours de l’Institut Saint-Laurent.

Une classe de chaque pays membre de l’UE est nommée gagnante par les organisateurs du concours. Cette année, et pour la sixième fois consécutive, ce sont les rhétos d’immersion anglais qui ont représenté le drapeau belge au Parlement. Pour être sélectionnés, les élèves ont dû créer une page Facebook, un compte Instagram, Snapchat, Tweeter, Google etc. le but ? Parler d’EUROSCOlA autour d’eux. Après s’être photographiés tous ensemble de façon symbolique, les rhétos ont expliqué à chacune des classes de Saint-Laurent ce qu’étaient le concours, son enjeu et son fonctionnement. Enthousiastes, les élèves ont tourné des vidéos dans lesquelles ils décrivent les agissements de l’UE, leurs impacts sur le quotidien des citoyens européens, ce qu’est l’espace Schengen etc. En plus de cela, les participants marchois ont également enregistré des pistes de radio qu’ils ont diffusées dans la cours de l’école. Une élève a utilisé ses talents d’artiste pour peindre une carte colorée des pays membres et ceux les côtoyant. D’autres se sont appliqués pour écrire un article récapitulatif qui a été publié dans le journal de l’école, L’âne rouge. Bref, après un gros travail d’équipe, c’est avec joie et fierté que les 6ièmes d’immersion anglais ont été sélectionnés.

Prêts pour le grand jour?

Remporter le concours n’était que la partie cachée de l’iceberg, encore fallait-il être prêts à débattre, à voter, à se faire entendre comme de vrais députés. Le professeur de géographie a permis aux élèves de comprendre le fonctionnement de l’UE et de ses différentes institutions. Une fois les choses clarifiées, tous les députés en herbe ont dû faire des recherches par groupe sur un sujet donné par les organisateurs du concours. Ensuite, chaque groupe a présenté au reste de la classe tout ce qui avait été découvert et compris. Six sujets avaient été donnés : les politiques de développement pour les pays non-membres de L’UE, l’énergie, le séparatisme au sein de l’UE, les réfugiés, l’emploi…etc.

Au parlement…

Entre les murs gigantesques du bâtiment, les petits Marchois étaient impressionnés, intimidés mais fiers. Fiers de représenter leur petit pays à Strasbourg pendant toute la journée du vendredi 22 janvier. Tous sur leur 31 (enfin presque), ils ont pris place dans les fauteuils de la Chambre, ainsi que les 500 autres élèves européens. Les présentations ont été assez rapides : un, deux, voire trois élèves par pays ont disposé de quelques minutes pour décrire leur pays et leur école. Malgré le nombre de spectateurs, les Belges montrent leur enthousiasme et se font entendre, ils encouragent leurs représentantes avec ambiance, motivation et … peu de discrétion !

L’étape suivante était une explication récapitulative des institutions de l’Union Européenne, ce qui a permis aux jeunes de poser des questions en tous genres. Encore fallait-il oser demander la parole, se lever et puis s’exprimer en anglais devant tant de gens. (Évidemment, personne n’était obligé de parler en anglais car de nombreux interprètes se cachaient derrière les vitres teintées, mais c’est spontanément que tous se sont fait entendre dans la langue la plus usitée.)

C’est avec enthousiasme pour les uns et angoisse pour les autres que les adolescents ont découvert ce qui les attendait ensuite. Un questionnaire de 20 questions, chacune posée dans une langue différente, a été distribué. A eux de prendre l’initiative d’aller vers les autres afin de déchiffrer les questions et de tenter d’y répondre. Ils se sont finalement retrouvés par groupes de 4 dont les membres devaient tous être de nationalités différentes. Tout à la fin de la journée, les quatre groupes qui ont obtenu les meilleurs résultats ont participé à la finale. Et parmi les finalistes, une Belge qui a été félicitée, applaudie et encouragée par ses camarades ainsi que ses professeurs.

Après avoir rendu les questionnaires, les jeunes ont été triés non plus par pays mais par groupes selon les sujets qu’ils avaient dû préparer. C’est de cette façon que plus ou moins 100 personnes se sont installées dans les chambres de Commission et ont élu un président et une porte-parole. Pour ce qui est du groupe débattant sur les politiques de développement, c’est une Marchoise qui a été élue porte-parole ! Tant de fierté pour notre si petit pays! Depuis l’heure du dîner jusqu’à 16h, les élèves ont pu débattre, donner leur avis, discuter avec des jeunes d’autres pays, faire des rencontres, se faire entendre et décider de ce qu’ils allaient présenter à la Chambre. Ces quelques instants étaient sûrement les plus intenses et les plus enrichissants de la journée. A 16h tapantes, tout le monde s’est redirigé vers la grande Chambre, où tous les présidents ont pu résumer ce qui avait été dit et décidé dans les groupes et puis répondre aux éventuelles questions. Après plus ou moins 10 minutes, tous les « députés » étaient amenés à voter pour ou contre les décisions prises et la nouvelle législation proposée. Les cinq projets de loi ont été approuvés ce jour-là. Pourtant, durant les débats, les opinions étaient parfois loin de converger.

Enfin, cette expérience inoubliable s’est clôturée avec la finale du quiz et puis le défilé des drapeaux sur l’hymne à la joie… ce qui a rendu les adolescents plus tristes en fait, tristes que cette journée soit déjà finie ! De retour dans notre pays, les rhétos, déjà nostalgiques de Strasbourg, recommandent à tous ceux qui en auront l’opportunité de participer à l’EUROSCOLA.

 

Justice en jeu

            Avec la classe d’immersion anglais, nous avons eu la chance de participer à une journée d’information sur le système judiciaire belge organisée par la Fondation Roi Baudoin au Palais de Justice de Marche.5

            Le matin, on nous a d’abord expliqué le fonctionnement de la justice avec les différentes courts pour les différents délits, etc. Ensuite, nous avons pu aller observer des jugements et des procès. Bien que ces audiences soient publiques, on prend rarement le temps d’y assister. C’était donc intéressant de voir le déroulement de la séance, étudier le rôle des juges, écouter les avocats plaider, voir les criminels, entendre leurs crimes et leur peine (mais ce n’était pas tout le temps drôle). Pour terminer la matinée, nous avons parlé des procès, des jugements et de leur déroulement avec la classe.15

            Après notre pause de midi, nous avons participé à un jeu de rôle. Nous nous sommes chacun mis dans la peau d’un des acteurs du procès : soit dans celle du juge, celle d’un avocat , celle du procureur, ou même dans celle de la victime ou de l’accusé. Nous avons d’abord reçu une situation précise puis nous avons disposé d’une heure pour l’analyser et préparer le procès fictif. Ensuite l’audience s’est déroulée. C’était la partie de la journée que la plupart des élèves ont préféré. Premièrement, parce que c’était amusant d’être à la place d’un des acteurs et deuxièmement, parce que c’est de cette manière qu’on apprend le mieux. Nous avons d’ailleurs reçu des réactions des professionnels comme un avocat et un référendaire qui ont observé « notre » procès.

Pour conclure, bien qu’à la base, je ne sois pas particulièrement intéressé par le système par le système judiciaire et que je n’aurais pas spécialement souhaité participer à ce genre de journée, j’ai passé un très bon moment et j’ai beaucoup appris. J’espère que les rhétos de l’an prochain auront l’occasion de participer à cette journée.

Léolo Lawinski, élève de 6A.

 

Quinze élèves de l’ISL de Marche-en-Famenne brillent à l’EXPOsciences

Les élèves de l’option Préparation aux Etudes Supérieures en Mathématiques de l’Institut Saint-Laurent se sont démarqués en remportant grâce à leur travail « Les bases nous rendent des comptes. Comment les Simpson bouleversent notre arithmétique ? » le premier prix à l’EXPOsciences qui s’est tenue sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles, les 25 et 26 avril derniers.

 

Les élèves ont réalisé un matériel didactique très étoffé afin de dialoguer avec les experts mais aussi avec les enfants.

Un travail très complet et original sur les systèmes de numération

C’est en regardant la célèbre série créée par Matt Groening  « Les Simpson »,  que leur est venue l’idée de départ de leur projet.  Les Simpson, avec leurs 8 doigts, ne peuvent évidemment pas compter comme nous dans un système décimal, basé sur dix doigts.  Les élèves ont donc découvert l’arithmétique telle qu’elle devrait être enseignée à l’école de Springfield, avec de nouvelles tables de multiplication, en revisitant les critères de divisibilité et en adaptant la preuve par 9, puisque 9 est un chiffre inconnu pour les personnages de la série.  Pour parvenir à leurs objectifs, ils ont utilisé des outils comme le ruban de Pascal, l’arithmétique modulaire et les automates. En outre, ce travail les a menés sur les traces d’anciennes civilisations (babylonienne, égyptienne, grecque, maya, …) qui  représentaient les nombres au moyen de systèmes aussi variés qu’alambiqués, mais aussi dans le monde de l’informatique et de l’électronique où il est nécessaire d’utiliser d’autres bases de numération, comme dans le fameux système binaire. Dans leur exploration, les élèves ont même découvert  de surprenants systèmes qui autorisent les chiffres négatifs et les bases irrationnelles.

Parmi les visiteurs de l’EXPO, un prix Nobel de Physique

Dans l’effervescence de l’édition 2014 de l’Exposciences, les jeunes Marchois ont eu l’honneur de rencontrer le prix Nobel de physique 2013 François Englert. Durant un échange qui a duré plus d’une heure, le physicien belge n’a eu de cesse de faire partager à la fois le plaisir que la recherche lui procure mais aussi l’extraordinaire enthousiasme qui l’anime. Après cette discussion, les élèves marchois ont pu présenter à leur tour leurs travaux à François Englert qui a pris le temps de visiter leur kiosque et qui s’est montré très intéressé par les découvertes de ces apprentis-chercheurs. Cette rencontre fut émouvante entre ces jeunes curieux et fascinés et ce grand monsieur. valère

Les élèves partagent avec François Englert le plaisir de la recherche scientifique.

 Plus de 150 projets en lice

L’ Exposciences est un événement qui présente pendant deux jours pas moins de 150 projets issus de classes du secondaire et une trentaine de projets issus de classes du primaire. Une belle occasion pour les jeunes chercheurs de valoriser le travail de recherche scientifique qu’ils ont réalisé pendant toute l’année, de découvrir les projets de leurs camarades et, bien sûr, de partager leurs expériences entre eux et avec le grand public. Chaque année, ce sont, en moyenne, 3.000 visiteurs qui se rendent à l’Exposciences.  Durant tout l’événement, les élèves ont donc pu communiquer leur passion des mathématiques, les promouvoir tout en expliquant leur sujet de recherche, auprès des très jeunes, mais aussi auprès d’un jury composé d’experts et d’universitaires.

Mais l’Exposciences, c’est aussi un concours récompensant de nombreux travaux. Dans ce contexte, les jeunes Marchois se sont mis en évidence en remportant le prix le plus prestigieux, celui du jury, qui leur donne le précieux sésame pour présenter leur projet à l’exposition internationale qui se déroulera en août en Jordanie.  En outre, cerise sur le gâteau, ils se sont également parés de la médaille du multilinguisme, pour leur accueil trilingue sur leur stand.  Ce qui a particulièrement impressionné les membres du jury fut la grande solidarité et la cohésion dans l’équipe du début à la fin de l’événement.  Malheureusement, pour des raisons budgétaires, les Jeunesses Scientifiques, porteuses du concours, ne peuvent financer le voyage que de deux des cinq représentants. Aussi, si la délégation veut expédier ses valises vers la Jordanie dans le courant de l’été, il leur faut à présent rassembler des fonds et faire appel à la générosité de sponsors et mécènes.

Ce qui est certain, c’est que de la graine de chercheur a germé en province de Luxembourg et que Sandrine, Marie, Justine, Laura, Valère, Marvyn, Samuel, Jacques et les autres n’en resteront pas là et que cette formidable aventure scientifique leur servira de tremplin dans leur vocation future.

 Si vous êtes intéressé par leurs travaux, le document réalisé par les élèves peut être consulté et téléchargé à l’adresse suivante : https://saintlaurent.enseignementlibremarche.be/math-sup/

Si vous avez été touché par la qualité de leur travail et que vous souhaitez leur apporter votre soutien, vous pouvez contacter Sabine De Blieck : sabine.deblieck@elmarche.be.

 

Voyage à  Bruxelles

5è arts d'expression bxl gd place

Cette année, les élèves de 5è arts d’expression se sont rendus à Bruxelles début avril. Ils ont pu visiter des endroits reprenant les dimensions artistiques de l’option. Ce fut donc varié et riche en ouverture culturelle. Dans le domaine des Arts Plastiques, ils ont eu l’occasion de réaliser un parcours BD, un parcours Art Nouveau, de visiter l’exposition « Fin de siècle » aux Musées Royaux des Beaux-Arts (nouvellement ouverte) et le Musée Magritte. Une approche au théâtre, aux sons et aux costumes a été brillamment  interprétée par la troupe du théâtre de Toone avec la pièce de « Mc Beth ». En soirée, ils ont assisté à une représentation théâtrale à Ixelles .A travers toutes ces visites, c’est le patrimoine culturel bruxellois qui a été mis en avant.
parcours BD
Ce voyage se voulait aussi un apprentissage de vie  en réalisant des parcours d’orientation dans le centre ville et en explorant les transports en commun : train et métro . Ils ont également découvert une auberge de jeunesse dynamique au décor original, ils ont pu partagé un moment avec des musiciens qui ont lancés un concert improvisé .
pièce de théâtre
 Pendant le voyage, un dossier pédagogique les accompagnait sous forme de carnet de route. De retour en classe, ils réaliseront un carnet de voyage sera la trace personnalisée et artistique de ce minitrip.
 Françoise Lambert

Visite au Parlement Flamand

Quelle chance immense nous avons eu d’aller au parlement européen. J’eus à peine le temps de savourer ce privilège que je me rends à nouveau avec ma classe d’immersion accompagnée de notre professeur Madame Matheve, comprendre le fonctionnement d’un autre parlement. Et c’est au tour du flamand.

Accueillis chaleureusement par un guide, nous sommes répartis en groupes afin de mettre sur papier ce que l’on entend par ce mot si communément utilisé dans notre politique : la démocratie. Ce qui ne s’est pas avéré si évident. C’est alors que nous comprenons la complexité de notre système. Ce fut un agréable rafraîchissement de mémoire durant lequel nous avons mis les points sur les i : il est complexe d’instaurer un système démocratique sans faille. Une telle activité, d’ailleurs parfaite illustration de notre cours, nous a permis de comprendre concrètement ce qu’était le système politique belge.

Et ce n’est pas tout : une visite guidée nous a fait découvrir de luxueuses salles dans lesquelles nos parlementaires travaillent quotidiennement. Il n’y a pas de doute à avoir, on ne peut être mieux loti. On a pu prendre la place des parlementaires dans la séance plénière et admirer l’art contemporain qui embellit l’endroit.

Visiter la cour constitutionnelle ne nous a été permis que grâce aux contacts qu’entretenait notre professeur avec son ancien professeur d’université, le Président Prof. Dr. Marc Bossuyt. Pour couronner le tout, il nous a généreusement donné un peu de son temps en répondant à chacune de nos questions.

Décidément, St-Laurent nous offre bien plus que de simples cours : du concret !

Zoé Denis, élève de 6C

EUROPOLIS : séjour au Parlement Européen

 IMG_9526

Dans le cadre de notre cours FGS, notre professeur nous annonce le sujet du chapitre suivant : l’Union européenne. Le premier cours, elle nous somme d’en étudier les pays. A contre cœur, nous mémorisons à nouveau que Bucarest est la capitale de la Roumanie, avec comme pays voisins l’Ukraine, la Bulgarie, … Seulement cette année, nous avons droit à plus de précision, et nous étudions tout le fonctionnement de l’EU. C’est bon à savoir, mais à quoi cela nous sert-il ? C’est le genre de chose que l’on oublie rapidement, n’y voyant aucune utilité … Que dites-vous ? Nous voilà parti au parlement !

Nous sommes 8 élèves de 6C ainsi que mon professeur, madame Matheve, à nous rendre, malgré une grève générale assez mal tombée, au parlement européen, soit à Europolis à Bruxelles. Et c’est du vrai ! Les bancs en demi-cercles orientés vers une table occupée par son président et deux vice-présidents sont bien en faces de nous, à notre disposition et non à la TV ou en photo. Cela existe donc… Nous découvrons une septantaine d’autres élèves belges sur leur 31, comme nous, à la mine très sérieuse. Nous avions au préalable reçu une catégorie pour laquelle nous avons proposé des résolutions. Tous attentifs les uns aux autres, tels de vrais parlementaires, nous débattons. Les discutions se déroulent en français et en néerlandais, nous avons la possibilité de porter des casques pour écouter des interprètes. Chacun a l’occasion à plusieurs reprises de s’exprimer de sa place ou devant l’assemblée. Nous sommes appelés à défendre nos positions comme à poser des questions pertinentes aux autres groupes.

Deux jours intenses au cœur de l’UE pendant lesquels nous avons mis à profit nos connaissances et notre créativité, le tout dans une ambiance joviale car, ne vous méprenez pas, malgré une certaine compétitivité, une soirée costumée nous a permis de nous connaitre ainsi que d’entretenir une ambiance de bonne camaraderie.

Zoé Denis, élève de 6C

Cliquez ici pour voir les activités culturelles  

Cliquez ici pour voir les activités sportives